Mot de la Directrice des RIPO

Classé dans : Les mots | 0
directrice

Mme SONGA / OUEDRAOGO Suzanne

Directrice des RIPO
zuzanne@ripo.bf

          Il m'échoit de m’adresser à tous, amateurs ou professionnels de l'art afin de traduire cette fierté d’appartenir à la grande famille des arts plastiques.

Les RIPO, telles que nous les avions initiées en 2006 étaient un rendez chargé d’espoir pour certains et une consécration pour d’autres. Les RIPO ont été, pour les professionnels de la peinture au Burkina Faso, une vitrine pour la promotion des arts visuels qui avait vocation à se renouveler tous les deux ans.

Le long silence après la 1ère édition impose le constat que sous nos cieux rien n’est acquis à l’avance. Les quatre éditions de perdues, représentent huit années de lutte sans interruption pour tenter de tenir pari de la pérennité et de la régularité. Mais les obstacles sont nombreux et parfois inattendus, qui plus est quand l'Histoire avec un grand « H » s'en mêle. Car, outre les difficultés de financement, somme toute assez classiques, il n'a échappé à personne que nous avons été confrontés ces derniers temps à une situation sociopolitique nationale difficile.

Dans un pays comme le Burkina Faso, tous les secteurs culturels souffrent du manque de ressources. Mais la problématique du financement des projets culturels, met clairement en évidence le manque d'équité dans la distribution de celles-ci. Pourtant, même si les artistes apparaissent à certains comme trop marqués par des pratiques et des esthétiques passées ou dépassées les talents locaux, souvent autodidactes ont depuis longtemps révélé leurs potentiels créatifs.

Il me semble donc urgent que les RIPO reprennent et puissent de nouveau se mettre au service de l’excellence burkinabé, célébrer le courage et l’abnégation de ceux qui croient en leur travail. Mon engagement intervient au lendemain du nouveau contrat social qui régit la société burkinabé et son élite politique. Ce nouveau contexte sans être une invitation à la naïveté autorise l'optimisme.

La 2ème édition des RIPO sera donc un rendez-vous du donner et du recevoir selon l'expression de Leopold Sédar Senghor. Elle va regrouper les professionnels d’Europe et d’Afrique autour d’une exposition internationale, d'un atelier professionnel et de tables rondes. Le rendez-vous   de Ouagadougou devra constituer, selon nous, le cadre idéal de raffermissement des liens interprofessionnels mais aussi de découverte de nouveaux talents. Différents thèmes y seront développés autour des questions liées à la professionnalisation de la filière et aux marchés de l’art contemporain africain.

Je donne à tous rendez-vous du 16 au 22 juillet à Ouagadougou pour les RIPO de la consécration et lance un appel aux partenaires techniques et financiers afin qu'ils se joignent à nous pour vivre ensembles cette belle aventure de l’art contemporain africain.

 

Vive la culture et longue vie aux RIPO !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *